Ici à Londres, on les gardes les vieux théatres, et on trouve toujours quelque chose à faire avec. Ca s'appelle le recycling.

Tiens on va en faire une salle de concert. Ben oui, il ya déjà la scène, c'est pratique.

Et puis on va mettre un grand écran blanc et un projecteur. Dans celui-là. Comme on a déjà les fauteuils, on en fera un cinéma Vintage. La classe de pouvoir se mater Avatar en corbeille.

Et puis dans celui là, on va faire une boite de nuit qu'on appellera le Koko (ne me demandez pas pourquoi). On a une scène, on rajoute un bar à chaque étage et les gens peuvent triper sur ceux qui dansent tout en bas ou se prendre pour Paris Hilton et saluer tout le monde depuis les loges. Ca a sacrément de la gueule tiens !

Cette boite, de part son cadre est connue à Londres. En plus, elle est située dans un quartier branché : Camden.

On en a tellement entendu parler qu'on s'est dit : allez on y va. Sauf que la première fois, c'est l'apéro qui s'est éternisé jusqu'à ce que les filles dorment et du coup on a fini vers 6 heures du matin, un peu tard pour se mettre en route. Ce n'est que partie remise avons nous pensé. Et c'était effectivement partie remise... plusieurs fois d'affilée ; entre les malades, les fatigués, les fins de semaine, les vacances et autres, on n'y croyais plus et puis un jour, on a réussi à atteindre l'entrée et à y entrer.

IMAG0017

Le lieu est vraiment top. Une boite où on a de la place, la hauteur sous plafond permet de ne pas avoir trop chaud. On fume en terrasse et si on monte jusqu'au dernier étage, le bar est calme et on peut s'y entendre discuter. En plus la vue vaut le coup d'oeil et ils ont la plus grosse boule à facette que j'ai jamais vue !

Alors même sans être dans une forme olympique, on a pu shaker notre booty sur une musique techno-rock et boire un ou deux verres sans attendre des plombes au bar. Par contre, attendre à un vestiaire coûtant £ 2 par habit, pour récupérer son manteau et partir ça la fout mal. Mais bon, on a passé une suffisamment bonne soirée pour ne pas s'arrêter à ça. Un jour, on y retournera.

IMAG0036

IMAG0029